Former au test

La nécessité de formation dans le test

Former au test est un sujet peu abordé mais au combien primordial. En effet, même si le test est très demandé, il n’existe encore que trop peu de formations post-bac à ce métier pour satisfaire la demande toujours grandissante du marché.

Afin de répondre à ce manque il n’y a qu’une seule solution qui semble évidente: former au test!

Il existe évidemment des certifications proposées par le CFTL et l’ISTQB, mais, honnêtement, même si ces certifications sont très bien et offrent un vocabulaire commun, ce n’est pas une certification qui permettra d’être un bon testeur car il n’y a pas de pratique (ce n’est pas leur but!).

Non, pour être testeur il faut proposer des formations spécifiques, dont le but n’est pas forcément d’avoir une certification mais bien de devenir un testeur logiciel, de comprendre ce métier.

Cette idée n’est pas nouvelle, il existe d’ailleurs de plus en plus d’offres de POE (formations sur quelques mois) pour devenir testeur.

L’idée ici n’est pas de savoir quel est le niveau de qualité proposé par les POE, je suis d’ailleurs mal placé pour le faire car n’y ai pas eu recours et n’y enseigne pas, mais plutôt de savoir comment on peut faire pour former au test, et si possible sous un autre format que celui déjà existant des POE.

Comment former au test? mon expérience

Depuis fin 2016 j’écris des articles sur le test. Cette activité m’a ouvert de nombreuses portes, permis d’échanger avec de nombreuses personnes en reconversion professionnelle mais aussi de donner des cours de test à l’université de Sophia Antipolis.

Dès lors la problématique de formation s’est imposée. Comment aider au mieux des personnes en reconversion ? Comment bien faire comprendre à des étudiants l’essence du travail de testeur (car, soyons honnête, « testeur » regroupe maintenant plusieurs métiers) ?

Je sais qu’il n’y a pas de réponse unique à ces questions, je vous propose néanmoins de vous donner la mienne:

Je suis parti du principe que les principales qualités d’un testeur sont des compétences de savoir-être et non des compétences techniques. Pour former au test, je ne commence donc jamais par des techniques et des exercices concrets mais plutôt sur l’état d’esprit (état d’esprit particulièrement en Agile également)!

Pour cela j’utilise beaucoup les analogies. La chasse aux champignons en est une que j’affectionne particulièrement,, tout comme l’analogie avec la cuisine (voir JFTL 2020).

Vient ensuite la partie le vif du sujet où j’introduis les concepts de la certification ISTQB. J’aime prendre appui sur ces concepts ils sont une bonne base de vocabulaire et, pour certains très facilement compréhensible avec des analogies (niveau de test, principes fondamentaux).

De même, je profite de cette phase pour bien faire comprendre que le test c’est partout et tout le temps, que cela soit en shift left, shift right, pour tout le monde et pas que le fonctionnel!

Attention, il est toujours important de bien faire partager son expérience, notamment avec des anecdotes!

Enfin, pour finir je mets les personnes en situation en leur faisant utiliser différents outils et techniques… Je ne me limite évidemment pas à l’exécution d’une campagne de test mais bien à tout le processus de test. Je débute par une revue de spécification suivi d’une conception des tests avant d’exécuter ces derniers et de proposer un bilan.

J’estime que si ce que j’ai décrit est acquis, la personne est apte à commencer dans le test… Même si cela ne sera évidemment pas suffisant et qu’elle devra poursuivre sa formation et l’adapter à son contexte.

Au final, la seule formation incontournable est la veille et la formation continue

Le contexte évolue, les missions et responsabilités également. Même sans ces évolutions, il y a toujours des choses à améliorer.

Pour cela, la formation reste indispensable. Cette formation peut passer par des certifications (sur des outils ou des formations ISTQB) mais pas seulement!

En effet, passer des formations ne peut pas être une solution suffisante, il faut également se continuer à se former de part une veille active, des échanges avec d’autres professionnels (du test ou non) et si possible participer à des événements.

Une bonne formation est aussi de réussir à partager ses connaissances. Cela force à bien architecturer sa pensée et la rendre accessible au plus grand nombre… C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles j’ai commencé à écrire.

Pensez à rejoindre le groupe « Le métier du test » si vous souhaitez échanger sur le test

Merci à tous ceux qui mettent « j’aime », partagent ou commentent mes articles

N’hésitez pas à faire vos propres retours d’expérience en commentaire.

Publié par

4 commentaires sur « Former au test »

  1. Bonjour Marc ,

    Est ce que à l’UNSA ,tu donnes des cours de l’automatisation du test ?
    Je suis très intéressée par ce sujet.

    Certes la formation est primordiale ,pour le test , que ça soit en cas de reconversion ou pas , mais la veille technologique reste très importante aussi .

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,
      actuellement, je ne donne en MIAGE qu’une formation généraliste sur le test.
      N’étant pas un automaticien je ne pourrais qu’enseigner une théorie assez superficielle avec des bonnes pratiques et l’utilisation d’outil de KDT. Néanmoins cela reste en effet un sujet important.
      Merci d’avoir pris le temps de lire l’article et de le commenter.
      Bonne journée

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s