Testeur 2020: où vas-tu ?

Fin 2016 j’avais écrit un article sur les challenges du testeur en 2017, depuis, de l’eau a coulé sous les ponts, le métier a évolué et il n’est plus vraiment questions de challenges mais plutôt d’évolutions apportant des challenges ainsi que de nombreuses questions auxquelles je vais répondre en donnant mon avis dans cet article.

Le testeur 2020 va-t-il progressivement perdre sa place avec les méthodes Agiles ?

J’ai déjà en partie répondu à cette question dans cet article, néanmoins il mérite une explication et une remise en contexte.

L’inquiétude est réelle et légitime, de nombreuses équipes Agile n’ont pas de testeur et les tests du test composant au test système sont gérés par des développeurs, le product Owner (PO) s’occupant des tests d’acceptation ou même le développement du Crowdtesting qui pourrait faire croire que l’ensemble des tests (ce qui est totalement faux avec le Crowdtesting comme on peut le voir avec mes articles sur le sujet) puisse être délégué à des testeurs pas forcément professionnels.

Je vous rassure tout de suite, le testeur ne va pas disparaitre comme ça et ce pour plusieurs raisons comme:

  • La qualité et les tests sont plus mâtures avec un testeur dans l’équipe
  • Le test a une forte communauté de professionnels avides de partager (ex: le trafic sur le blog de la taverne, le succès d’événement comme la Paris Test Conf, la STLS et la JFTL)
  • Le test intéresse de plus en plus de monde et regroupe de plus en plus de profils allant de l’opérationnel à l’analyste métier en passant par le développeur.
  • Le test est de plus en plus complexe et demande des compétences spécifiques (automatisation, conception, sécurité, adaptabilité, performances)…
  • Le testeur diversifie ses activités dans ses équipes Agile
  • Le métier du test demande un vrai savoir faire!

L’ensemble de ces points nous amène à cette question:

Le testeur 2020 existera t-il vraiment ?

La réponse est clairement non! Non, dans le sens où le testeur 2020 ne sera jamais 1 seule personne.

On pouvait penser, au début des années 2000, qu’il était possible d’avoir des testeurs s’occupant de la stratégie, la conception, l’écriture et de l’exécution. Ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui car le test a gagné en maturité!

Maintenant, la qualité est l’affaire de tous (un testeur ne peut et ne doit pas tout faire: les TU sont par exemple à faire par les développeurs) et la qualité dépend de très nombreux points demandant de solides connaissances et compétences.

Il n’existe personne qui soit capable d’avoir un niveau acceptable sur tous ces points:

  • Créer une stratégie de test
  • Concevoir les tests
  • Automatiser les tests
  • Intégrer les tests à une chaine d’intégration continue
  • Adapter chaque campagne au contexte
  • Monter une architecture d’automate de test
  • Gérer les environnements de test
  • Ajouter de l’intelligence artificielle aux tests
  • Inculquer l’esprit qualité à l’ensemble des personnes travaillant sur le projet
  • Mettre en place le shift left et le shift right

Bref, le métier évolue et devient complexe, il n’y a plus « UN » testeur mais « DES » testeurs, au même titre qu’il n’y a pas un développeurs mais des développeurs, chacun avec sa spécialité.

Quels seront les challenges du testeur 2020 ?

Depuis 2017 le testeur a surmonté un certain nombre de challenges il en reste néanmoins des importants dont voici ceux que je considère comme les principaux:

  • Faire connaitre et comprendre le métier du test: la qualité est l’affaire de tous, par contre l’esprit qualité doit être inculquer par le testeur. Il doit être capable de bien faire comprendre l’importance de la qualité des tests et de leurs plus-value. De même, le métier de testeur doit susciter des vocations car on manque de testeurs, pour cela il faut notamment intervenir dans des écoles.
  • Adapter ses tests aux contraintes de temps toujours plus importantes: les contraintes de temps, notamment de temps d’exécution sont de plus en plus importantes avec les méthodes incrémentales. Il n’est plus rare d’avoir une version à livrer par jour sur certains logiciels. A terme, cela sera plusieurs versions tous les jours. Cette contrainte va obliger le testeur à faire des choix dans sa stratégie et notamment définir, en fonction du contexte, quels sont les tests à exécuter. Il existe d’ailleurs des IA qui propose une aide sur ce point. Une autre manière de gagner du temps c’est le recours aux tests exploratoires avec ses chartes de test!
  • Rester en veille et anticiper les évolutions: le test, tout comme l’ingénierie logicielle, évolue vite… Et même de plus en plus vite. Il est impossible de rester sur ses acquis sous peine de vite être dépassé. Pour s’en rendre compte, il est bien de prendre le temps de lire des articles d’il y a quelques années et les comparer avec ceux de maintenant! Les problématiques ont changé, les inquiétudes aussi, tout comme les outils. Lorsque j’ai commencé dans le test il était question d’avoir des environnements de test stables et quasi « iso-prod », avoir ces environnements était un signe de bonnes pratiques et conditions de travail. Maintenant, il est possible de créer des VM (machines virtuelles) à la volée et selon ses besoins, ces mêmes VM tendent à être dépassées par des Docker… le tout gérer dans un Cloud ce qui permet de paralléliser les tests, des faires des tests d’adaptabilité… Tout cela en moins de 10 ans!
  • Le non-fonctionnel: le non fonctionnel est un de mes chevaux de batailles. On dit, avec les méthodes Agiles, que le test fonctionnel a été intégré au développement et que l’on fait du shift left. Je ne suis que partiellement d’accord. Avec l’application actuel des méthodes Agiles, nous n’avons pas fait du « shift left » pour les tests mais du shift left pour les tests fonctionnels. Les tests non fonctionnels comme les tests de performances (généralement sur le produit final quand c’est fait), les tests de sécurité (avec des audit avant déploiement officiel), les test d’adaptabilité (en bêta test, par exemple avec du Crowdtesting)… sont généralement faits à la toute fin. Un autre problème sur le non fonctionnel c’est qu’il n’y a généralement pas ou trop peu d’exigences spécifiques ce qui complique les tests. Attention, les choses bougent vite on commence par exemple à entendre parler de DevSecOps pour intégrer la sécurité rapidement (merci la RGPD)
  • Proposer des campagnes toujours plus spécifiques en s’adaptant au contexte! C’est pour moi le vrai défi… Ce point sera d’ailleurs développé dans de prochaines présentations et des articles en 2020! Le testeur 2020 va devoir être quelqu’un qui est capable de bien comprendre les situations, analyser le contexte (normes, délais, niveau de qualité requis…) afin de proposer pour chaque campagne la meilleure sélection de tests, la meilleure stratégie, la solution la plus efficiente en fonction des moyens dont il dispose. Le testeur 2020 devra donc savoir jongler avec un grand nombre de variables, optimiser et adapter des bonnes pratiques à son contexte et être en constante évolution.

Conclusion

Le testeur n’est pas mort, il n’est pas non plus en voie de disparition et le testeur 2020 a beaucoup de travail devant lui!

Néanmoins le testeur évolue, il n’y a plus un unique testeur, ce terme est devenu trop générique et n’a plus de sens (tout comme le terme développeur). Si j’osais une analogie, dans quelques années, on pourra rapprocher le testeur des langues latines. Le Latin n’existe plus, il existe par contre de nombreuses langues latines (français, italien, espagnol, roumain…) chacune avec ses spécificités mais gardant une racine commune: le latin.

Le testeur 2020 devra donc constamment évoluer, se spécialiser, tester de nouvelles techniques, se tenir informer et bien communiquer!

Et vous, comment voyez-vous le testeur en 2020 ? Quelles évolutions par rapport à 2017 ?

N’hésitez pas à me suivre et lire mes autres articles si vous voulez en apprendre plus sur le test ou venir partager vos connaissances

Pensez à rejoindre le groupe « Le métier du test » si vous souhaitez échanger sur le test

Merci à tous ceux qui mettent « j’aime », partagent ou commentent mes articles

N’hésitez pas à faire vos propres retours d’expérience en commentaire.

Publié par

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s