La taverne du testeur

Bien finir sa collaboration

Il y a maintenant quelques années je publiais un article où je parlais d’entretien d’embauche que j’appelais entretien de « collaboration ». Vous devez vous en douter, si j’ai fait de nombreux entretiens c’est que j’ai souvent été amené à changer. Et pour être honnête, je pense que bien finir est au moins aussi important que réussir ses entretiens!

D’ailleurs, je suis assez fier de pouvoir dire que je garde de bonnes (voir très bonnes) relations avec la quasi totalité de mes anciens collègues et manager… et pour ce avec lesquels ce n’est pas le cas, je ne ressens aucune animosité, aucune rancœur.

Il est pour moi essentiel de savoir changer quand on en ressent le besoin. Je n’ai que trop vu de personnes malheureuses dans leur travail mais ne sautant pas le pas du changement alors qu’elles en avait la possibilité. C’est pour moi rentrer dans un cercle vicieux où le travail devient vite un calvaire et quelque chose que l’on fait « juste pour manger »… ce qui est triste, particulièrement dans un contexte où l’on est ingénieur et que notre travail n’est pas censé être uniquement alimentaire.

A noter: je parle ici de changement d’employeur, mais cela peut aussi s’appliquer à une fin de mission quand on travaille dans une ESN.

Les raisons de mettre fin à une collaboration

Il y a de nombreuses raisons pour mettre fin à une collaboration… et loin de moi l’idée de penser que certaines sont plus valables que d’autre car cela dépend essentiellement des sensibilités de chacun.

De mon côté, l’unique raison pour laquelle j’ai mis fin à mes collaboration est le sentiment de ne pas pouvoir construire mon avenir au sein de l’organisation. Lorsque je rejoins une entreprise c’est pour y rester. Néanmoins, comme mon profil LinkedIn le montre, je suis tout de même régulièrement parti. Je pourrais faire la liste des raisons qui m’ont poussé à avoir ce sentiment d’absence d’avenir au sein de l’entreprise. Il y a par exemple

  • un lien de confiance brisé (ex: formation promise en non donnée, augmentation promise non donnée, des actes en opposition avec les mots…)
  • un élément rendant le travail (ou partie de celui-ci) désagréable (ex: tâches administratives, manque de liberté…)
  • ne pas réussir à évoluer et avoir plus de responsabilités

Mais ces raisons ne sont pas les seules que l’on rencontrent. Il y a également beaucoup de fin de collaboration qui peuvent être liées:

  • au salaire jugé trop faible ou n’évoluant pas au rythme souhaité
  • un changement de situation personnelle
  • un besoin de renouveau
  • une belle offre
  • ne pas arriver à échanger avec son responsable
  • un changement structurel (ou des valeurs) de l’entreprise (rachat, changement de politique…)
  • un départ à la retraite (la meilleure des raisons! =))…

Chaque collaboration a son histoire. Son début, son déroulement, sa fin… et comme lors d’un repas il est important de finir sur une bonne note car, comme pour un repas où le dessert est ce qui va nous rester en bouche, la fin de collaboration est le souvenir qui va le plus rester après notre départ.

L’importance de bien finir sa collaboration

Il est très important de bien finir sa collaboration pour de nombreuses raisons. Il est impossible de toutes les citer mais en voici certaines:

  • La possibilité de se regarder dans le miroir le matin!

C’est pour moi la plus importante. Quand je fais quelque chose je veux bien la faire. Je veux être fidèle à mes valeurs et ne pas avoir honte de mes actes.

  • Le monde est petit

Au cours de notre carrière on rencontre de nombreuses personnes… que l’on recroise! Ces personnes ont des souvenirs de nous et de notre comportement. Partir en mauvais terme laisse une image de quelqu’un qui ne finit pas bien les choses… ce qui est un risque car toute collaboration a une fin

  • La colère et la rancœur sont des sentiments que nous trainons et qui nous empêchent d’avancer

On est ici loin de l’aspect « professionnel » mais qui reste primordial. La passé est extrêmement important. Il faut savoir l’analyser pour prendre des meilleures décisions dans le présent et éviter de reproduire des erreurs. Néanmoins vivre dans le passé et en tirer de la colère fait perdre de l’énergie et nous sort de nos objectifs. C’est également une source de mal-être. Je sais que ce n’est pas forcément facile mais il faut, autant que possible, passer à autre chose… surtout dans le monde professionnel!

  • La collaboration n’est pas que sa fin, on a forcément eu des bons moments

Une collaboration a un début, un milieu et une fin. Ce n’est pas parce que l’on part que tout est à jeter! Il est important de se le rappeler afin de ne pas gâcher ces bon moments.

  • On part généralement pour 1 ou 2 raisons. Il y a cependant généralement beaucoup d’éléments et personnes pour lesquels on serait bien resté.

Il est important de ne pas détériorer l’environnement de travail des personnes que l’on apprécie ou encore de ne pas détériorer des éléments que l’on apprécie

  • On est payé jusqu’au dernier jour

C’est peut être un peu bête à dire mais toujours bon à rappeler jusqu’au dernier jour du contrat que l’on a signé on est payé par notre employeur. Ce contrat montre que nous nous sommes mis d’accord sur certaines conditions et un salaire pour un travail donné. On n’a généralement pas été « forcé » d’accepter ce contrat. Dès lors il est important de respecter ses engagements car notre employeur continue de nous payer pour notre travail.

Conclusion

La collaboration avec son employeur est une relation assez complexe. Néanmoins, comme toute relation, il y a des hauts et des bas. On ne se remet pas toujours de certains bas qui entraînent la fin de relation. Cette fin doit être soignée autant pour son « image » dans le monde du travail et auprès de ses collègues que pour des raisons plus personnelles comme la capacité à passer sereinement à autre chose.

Il est pour moi essentiel, quand on part, de laisser un environnement propre. Il faut que le travail que l’on a fait puisse être repris facilement pas notre successeur afin d’être facilement réutilisé et mis en valeur. Lorsque c’est le cas cela laisse un impact positif de notre passage.

Pensez à rejoindre le groupe « Le métier du test » si vous souhaitez échanger sur le test

Merci à tous ceux qui mettent « j’aime », partagent ou commentent mes articles

N’hésitez pas à faire vos propres retours d’expérience en commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Couvertures

Coup de gueule : arrêter d’annoncer une couverture de 100% seule

Introduction J’ai rencontré la problématique des couvertures de 100% dans une de mes première expérience dans le test! On avait préparé une couverture de 100% des scénarios proposés dans les spécifications. Entendez par là que tous les scénarios proposés dans les spécifications faisaient l’objet d’au moins 1 test. Pour être

Lire la suite »
Bilan

Les livrables du test

Le test, par définition n’est pas un métier de « création » comme peut l’être le métier de développeur. Néanmoins lorsque l’on exerce ce métier on crée de la valeur. La valeur créée par un testeur est simplement différente (un testeur seul ne développera pas une application mobile). La valeur ajoutée du

Lire la suite »
ATDD

Les 7 principes du test: tester tôt (3/7)

Dans cette série vous pourrez trouver dans chaque article une présentation d’une des 7 principes fondamentaux du test. Tester tôt Description Ce principe est assez simple à appréhender. Il rappelle qu’il est important/ nécessaire de tester aussi tôt que possible afin d’éviter que des problèmes mineurs et faciles à corriger

Lire la suite »