La taverne du testeur

Duel: vocabulaire ISTQB vs vie réelle

Attention, cet article ne fait pas le tour de tous les éléments liés au vocabulaire de l’ISTQB mais uniquement les éléments partant de la politiques de tests et allant jusqu’à la campagne de test.

Intro

Un des objectifs de l’ISTQB est d’harmoniser les termes liés au test. Si cela fonctionne assez bien sur de nombreux sujets mais il y a forcément des exception! S’il est un sujet pour lequel cette harmonisation semble totalement décalée par rapport à l’expérience des testeurs en entreprise c’est sans nulle doute les notions de politique, stratégie et plans de test!

Ce décalage pose d’ailleurs de nombreux problèmes à certaines personnes qui souhaitent passer leur certification ISTQB fondation. Je pense tout particulièrement aux personnes travaillant dans le test depuis un certain temps (souvent quelques années). De manière générale, l’acquisition du vocabulaire ISTQB sans se faire « affecter » par le vocabulaire du quotidien est selon moi un des éléments clés pour obtenir sa certification.

Pour en revenir aux notions de politique, de stratégie et de plan de test.

L’ISTQB définit:

  • la politique comme un élément très haut niveau, assez court qui définit le « cap » de tests dans l’entreprise
  • la stratégie comme un cadre commun à l’entreprise sur la manière de faire les tests
  • les plans de test un cadre dédié à un projet indiquant la manière de faire les tests sur un projet/produit… et pouvant proposer de la gestion de ressources ainsi que des plannings.

Ces éléments sont bien différents que ce que l’on voit en entreprise. En effet, par expérience je vois généralement cela comme définition de ces éléments dans la vie réelle:

  • la politique de test est l’équivalent de la stratégie de test ISTQB
  • la stratégie de test est liée à un projet/produit et s’avère être un « plan de test » ISTQB (et même souvent un plan de test « maître »)
  • Le plan de test n’est plus qu’un répertoire de test

Au final on a quelque chose comme ça:

Au final on retombe sur ses pieds avec la même définition de campagnes au niveau ISTQB et en entreprise.

Pourquoi cette confusion ?

Les raisons sont nombreuses et je vais vous présenter celles qui me semblent avoir le plus d’impact sur ces différences:

  • L’ISTQB se doit d’harmoniser le vocabulaire des tests afin qu’il s’adapte au plus grand nombre de contextes

Ce point est particulièrement important dans le sens où cette nécessité de pouvoir intégrer le système à un grand nombre de contexte revient à devoir intégrer des éléments indispensables à des contextes mais pas forcément utile à d’autres. Cela explique pourquoi dans le schéma précédent j’ai indiqué que l’équivalent du « plan de test de niveau » était rarement utilisé en entreprise. Le plan de test de niveau peut avoir un vrai intérêt sur des projets ou produits complexes mais dans un grand nombre de cas un plan de test maître est suffisant

  • Les besoins en entreprise

Ce point est assez proche du point précédent ou en découle. Dans de très nombreux contextes d’entreprise il n’est pas utile d’avoir autant de « couches » pour arriver jusqu’au test

  • Les outils de gestion de test

Le « test plan » des ALM correspond à une bibliothèque de test et non à quelque chose qui représente une planification.

  • Le langage courant

Le terme « plan » ne fait généralement pas penser, en français, à la planification. Du coup le terme « stratégie » semble beaucoup plus naturel pour définir comment on va tester sur un projet ou un produit. De même, toujours dans le vocabulaire courant, les éléments du plan de test correspondent aux éléments auxquels on peut penser quand on veut parler de stratégie

  • L’intérêt de certains éléments ne sont pas forcément perçus

Je pense ici particulièrement à la politique de test! L’intérêt de la politique de test est souvent négligé… et souvent à juste titre vu la manière dont elle est utilisée quand elle existe. C’est dommage car une bonne politique de test peut servir de boussole dans les entreprises et permettre plus rapidement une appropriation des tests dans cette dernière.

Attention, la politique de test n’est pas forcément la seule dans ce cas, de trop nombreux document sont écrits mais ne « vivent » pas faute d’être suffisamment adopté et partagé par les équipes. Cela peut être pour diverses raisons, souvent de fond mais aussi de forme ou de la manière où les documents ont été mis en place.

Conclusion

Il est essentiel d’utiliser les termes de l’entreprise lorsque l’on travaille pour celle-ci. Pour moi il n’y a généralement que très peu d’intérêt à dépenser de l’énergie pour utiliser le vocabulaire de l’ISTQB dès lors où tout le monde se comprend. En dehors de l’entreprise je m’efforce par contre de parler en utilisant le vocabulaire référence de l’ISTQB car il reste un point commun entre tous les certifiés mais aussi assez riche pour aborder de nombreuses notions qui ne sont pas forcément nécessaires dans certains contextes d’entreprise.

Pensez à rejoindre le groupe « Le métier du test » si vous souhaitez échanger sur le test

Merci à tous ceux qui mettent « j’aime », partagent ou commentent mes articles

N’hésitez pas à faire vos propres retours d’expérience en commentaire.

2 réponses

  1. Très pertinent merci ! Ça « décomplexe » de le voir écrit noir sur blanc. Une autre expression que je n’ai vue que dans les syllabus et jamais dans la vraie vie : « harnais de test ».

  2. Autre remarque (oui c’est encore moi :D)

    Ce que je remarque de très positif parallèlement à ce non-alignement entre ISTQB et « la vraie vie », c’est la cohérence, pour ces sujets, entre le vocabulaire ISTQB et TMMi. C’est donc très fluide de passer d’un référentiel à l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Automatisation

KDT: Keyword Driven Testing

On parle toujours de tests manuels et de tests automatisés mais rarement de Keyword Driven Testing (KDT). A quoi cela correspond exactement le KDT ? Repartons de la base. Les tests manuels Un test manuel bien écrit est une suite d’actions entraînant chacune un résultat à vérifier Prenons un exemple : lire

Lire la suite »