Dépoussiérer la politique de test

On entend rarement parler de la politique de test. En général, je dirais même plus que ce terme est peu utilisé et peu connu des testeurs… Au point de ne pas vraiment savoir ce que c’est. Pour rappel, une politique de test c’est le document qui fait référence en terme de test dans une entreprise. En d’autres termes, la politique de test définit le « cap » des tests dans une entreprise.

Je vais être honnête, je n’ai jamais connu, dans aucune de mes missions à ce jour, de politique de test. Cela veut dire que cet élément n’existe pas ? Dans de nombreux cas oui mais dans certains la politique existe forcément! C’est juste que l’on n’a pas de visibilité dessus…

Cela signifie-t-il que ce document est inutile ?

Dans l’état actuel je dirais que oui! Néanmoins, il reste au niveau 2 de TMMI donc essentiel d’après cette évaluation de la maturité des tests. Ce qui semble logique, la politique de test est un document qui est censé fixer un cap. Vous voyez-vous intégrer une équipe de foot sans connaître la philosophie de jeu de cette dernière ? Vous voyez-vous planifier vos prochaines vacances sans aucune idée de ce que vous recherchez ?

Pour bien orienter ses tests en fonction du contexte de l’entreprise il semble donc essentiel d’avoir une politique qui rappelle pourquoi on teste dans cette entreprise… Il faut donc avoir un format qui soit facilement diffusable, assimilable et intégrée par l’ensemble des acteurs de l’entreprise. Pour cela il faut se pencher sur la forme!

Adieu les document word obscurs que personne ne lit… et qui ne peuvent même pas servir pour caler les portes (une politique de test c’est pas assez épais!).

Non, il faut proposer quelque chose de visuel, de simple à retenir… quelque chose que l’on peut dire et redire, un phare auquel on puisse se raccrocher. Il existe évidemment beaucoup de formes possibles. Il suffit de s’inspirer de ce qui se fait ailleurs, par exemple en Agile avec le manifeste ou encore les listes de 12 principes! On peut également penser à des « product box » ou à des cycles (comme le cycle DevOps) dans lesquels on pourrait faire tenir toutes les informations que l’on souhaite. Ce type de communication se voit assez régulièrement dans les bureaux pour des aspects liés au développement, à l’Agile ou tout autre points comme les « 12 factors » pour les logiciels en tant que service (xxx as a service). Il est temps pour le testing de s’en emparer!

Les possibilités sont infinies, l’important c’est d’obtenir l’adhésion et la diffusion de la politique.

J’ai fait l’exercice théorique de mon côté et voici un exemple de ce que pourrait donner une politique de test visible, partagée (ex: placardée dans les couloirs et bureaux)… et qui lui permettrait d’atteindre son but:

Et vous, quelles idées avez-vous pour mettre en avant le test et le rendre plus visibles grâce à une politique de test dépoussiérée ?

Pensez à rejoindre le groupe « Le métier du test » si vous souhaitez échanger sur le test

Merci à tous ceux qui mettent « j’aime », partagent ou commentent mes articles

N’hésitez pas à faire vos propres retours d’expérience en commentaire.

Publié par

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s