[ISTQB] Les Revues

Introduction

Les revues sont des tests statiques, c’est à dire que c’est des tests que l’on peut exécuter sans avoir besoin de faire fonctionner le logiciel. L’intérêt de ces tests est très grand d’un point de vue économie d’argent (on détecte les anomalies plus tôt) mais aussi time to market (avec une correction plus rapide). C’est d’ailleurs un élément essentiel dans toute démarche de shift left.

De plus, les revues ont le mérite de pouvoir s’appliquer à de très nombreux livrables. On pense souvent aux revues des spécifications lorsque l’on aborde les revue d’un point de vue de testeur mais les revues de code sont maintenant très fréquentes et je conseille fortement les revues de test.

Comme vous pouvez le constater le sujet des revues est très vaste et important lorsque l’on parle de qualité logicielle il est donc tout à fait normal que l’ISTQB aborde ce sujet en profondeur dès son syllabus fondation.

L’objet de cet article est de présenter les revues sous l’angle d’une présentation se rapprochant fortement de l’ISTQB en abordant ces points:

  • Le but des revues
  • Les différentes revues
  • Les rôles dans les revues
  • Les étapes des revues
  • Les facteurs de succès et pièges à éviter

Le but des revues

Le but principal des revues est de détecter des défauts. Il est important de le rappeler car le rôle de toute personne participant à une revue afin d’adopter la bonne posture lors de ces revues. Il faut néanmoins faire attention à ce qui peut être parfois mal vécu par la personne ayant écrit le document revu.

Les revues permettent également de se synchroniser et de s’assurer une compréhension commune (en Agile on parlerai par exemple de BDD)

Les revues peuvent également permettre d’identifier au plus tôt des risques et donc de mieux cibler ses efforts de test.

Les revues peuvent également servir, selon l’ISTQB, à former des personnes, discuter ou arriver à un consensus.

S’il faut retenir quelque chose du but des revues c’est que comme pour tout test, leurs objectifs ne sont pas uniquement de trouver des défauts (même si c’est le principal) mais aussi créer de l’information!

Les différentes revues

Les revues peuvent être informelles (comme ce que l’on peut faire régulièrement après avoir écrit des test ou développé son code) en comité restreint (ex: 2 personnes) ou beaucoup plus formelles avec des processus clairs et de nombreux participants. L’ISTQB propose de catégoriser ces revues en 4:

  • La revue informelle qui demande peu d’investissement et qui peut être multipliée. On peut imaginer ici un testeur Agile ayant finit de préparer ses tests pour une US et demandant au PO de valider que ses tests sont pertinents.
  • La relecture technique qui est plus poussée que la revue informelle car fait l’objet d’une réunion dirigée par l’auteur du document à revoir.
  • La revue technique, beaucoup plus formelle.
  • L’inspection, très formelle où un modérateur et des métriques sont prévus.

On peut le résumer ainsi:

Type de revueSpécificitésObjectifs
La revue informelleL’efficacité dépend du réviseur
Des résultats pour très peu d’investissement
Trouver des défauts
Apprendre
La relecture techniqueFait l’objet d’une réunion dirigée par l’auteur Trouver des défauts
Apprendre
La revue techniqueFait l’objet d’une réunion avec une possibilité de la présence de l’encadrement (manager…)
Va plus loin que l’unique identification des défauts
Discuter
Trouver des défauts
Évaluer les alternatives
L’inspectionProcessus strict
Un modérateur est définit (ainsi que les autres rôles)
Inclut des métriques
Trouver des défauts

Les parties sur les rôles et les étapes dépendent fortement du type de revue. Les rôles ne seront pas forcément présents en fonction du type de revue et il en est de même pour les étapes.

Les étapes et rôles présentés le seront dans le cadre d’une inspection. Cela pourra être allégé en fonction du degré de « formalité » de chaque revLes rôles dans les revues

L’ISTQB définit 6 rôles dans les revues (1 personne pouvant occuper plusieurs rôles):

RôleResponsabilités
Le facilitateur (modérateur) Dirige la réunion de revue
Assure de la validation de la checklist
L’auteurCelui qui a écrit le document à réviser (il doit pouvoir répondre à des questions et expliquer des décisions)
Le manager Responsable de la planification des revues
Gère la mise en place et le suivi des processus de revue
Le responsable de la revuePrend la responsabilité générale de la revue
Décide qui sera impliqué et organise quand et où elle aura lieu
Le scribe Prend les notes pour le compte rendu
Enregistre les actions à prendre
Assure le suivi des actions à prendre
Les réviseurs En général l’ensemble des participants à la revue
Idéalement au moins 1 personne par service impacté

Il est bon de noter que la présence du manager n’est généralement pas requise. De même, le responsable de la revue est souvent l’auteur.

Si l’on doit retenir 4 rôles il faut retenir:

  • L’auteur qui doit toujours être présent
  • Les réviseurs qui sont l’essence de toute revue
  • Le modérateur pour éviter les tensions
  • Le scribe pour que la revue ait un vrai impact!

Les étapes des revues

Une revue formelle doit suivre un processus clair et établit que je représente comme ceci:

Vous noterez que la réunion de revue n’est qu’une partie de ce processus. Les réviseurs doivent arriver préparé à une revue afin de ne pas perdre de temps. De même, les réunions de revues trouvent des défauts, elles ne les corrigent pas! Le suivi est essentiel pour assurer cette correction car détecter des anomalies sans les corriger n’est pas très utile.

Les facteurs de succès et pièges à éviter

Les facteurs de succès sont assez nombreux on peut notamment mettre en avant ceci:

  • La sélection du bon type de revue en fonction du besoin (il est inconcevable de faire des inspections pour chaque revue de code dans une chaîne d’intégration continue!)
  • Bien définir les objectifs de chaque revue, si nécessaire par l’utilisation de checklist
  • Laisser un temps de préparation suffisant aux participants
  • Bien sélectionner les participants
  • Assurer un suivi des réunions de revue
  • La revue est mené dans un climat de confiance, de collaboration
  • Mettre en avant un culture d’apprentissage

Ces facteurs de succès sont évidemment très liés à des pièges à éviter. Il faut notamment éviter de:

  • Se servir des revues pour mettre en défaut des personnes
  • Sélectionner des personnes peu concernées par la revue à faire ou avec un état d’esprit potentiellement incompatible
  • Ne pas faire de suivi
  • Découvrir le document à réviser

Conclusion

Les revues sont des outils très flexibles (on peut quasiment tout revoir!) et efficaces que je considère comme nécessaires! Elles permettent de tester tôt et de se synchroniser ce qui engendre des gains très importants de temps et d’argent. Ce n’est pas pour rien que, sous d’autres noms (3 amigos, sprint planning, planning poker…), elles sont très présentes en Agile.

Il reste cependant important de noter que, comme tout outil, il est important de savoir s’en servir correctement. C’est pourquoi, en dehors des revues informelles, il peut être nécessaire dans certains cas d’avoir des formations ou des personnes pour encadrer les premières revues. Le rôle de modérateur est alors primordial dans la mise en place de revue formelles.

Pensez à rejoindre le groupe « Le métier du test » si vous souhaitez échanger sur le test

Merci à tous ceux qui mettent « j’aime », partagent ou commentent mes articles

N’hésitez pas à faire vos propres retours d’expérience en commentaire.

Publié par

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s