La taverne du testeur

Erreur, défaut et défaillance

Bug, erreur, anomalie, défaut, défaillance, imprévu, mauvais comportement, crash, freeze, feature… et j’en passe. Tous ces termes sont souvent utilisés comme des synonymes pour indiquer qu’un logiciel ne fonctionne pas comme on le souhaiterait sous certaines conditions.

Dans les faits, l’ISTQB définit 3 termes spécifiques qui ont des sens bien différents et qui font régulièrement l’objet de questions à l’examen.

Ces termes sont:

Erreur, Défaut et défaillance.

L’erreur est humaine et est l’origine des défauts.

Les défauts sont des imperfections dans le logiciel. Ces défauts peuvent engendrer des défaillances mais ce n’est pas nécessaire.

Les défaillances sont des événements au cours desquels le logiciel ne fait pas ce qu’il devrait. Pour simplifier, les défaillances sont ce que nous appelons couramment Bug ou Anomalie.

Cela revient à ce schéma:

Comme vous pouvez le remarquer, l’origine des défaillances sont des défauts dont l’origine est une erreur qui est forcément humaine. Néanmoins, un défaut n’engendre pas forcément une défaillance!

Tous les défauts n’engendrent pas nécessairement de défaillances

Ce point est particulièrement important. Afin de vous en convaincre je pourrais dire qu’une erreur sur une fonctionnalité peut être couverte par des sécurités implémentées sur d’autres fonctionnalités comme des vérifications, mais même si cela est vrai, cela n’est pas aussi parlant qu’une analogie. Je vais donc passer par ce moyen avec un exemple dans la construction:

  1. Un architecte conçoit ma maison. Dans ce cadre il doit prévoir de faire des murs en parpaings. Ces derniers seront alors recouverts d’un parement décoratif en pierre.
  2. L’erreur survient lors de l’achat des matériaux. Le constructeur achète des briques rouge pour les murs
  3. On a donc un défaut, la maison a des briques rouges au lieu des parpaings.
  4. Au final il n’y a par contre aucune défaillance pour le propriétaire, en effet les murs sont aussi solides et l’esthétique inchangée car le parement cache le défaut. En fait, la seule différence est une meilleure isolation avec les briques rouges.

Pensez à rejoindre le groupe « Le métier du test » si vous souhaitez échanger sur le test

Merci à tous ceux qui mettent « j’aime », partagent ou commentent mes articles

N’hésitez pas à faire vos propres retours d’expérience en commentaire.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

culture générale

[Programmez!] Un jeu pour le test logiciel ?

Les jeux sont présents presque partout, à tout moment de notre vie mais aussi dans le monde animal où ce dernier sert à mesurer et à établir un ordre établi. Cette présence montre un intérêt au-delà de l’amusement lié à cette activité. S’il est un endroit où les jeux ne

Lire la suite »
Campagnes

Le test en image (6)

Image utilisée pour le bandeau du blog La taverne du testeur : Les étapes d’une campagne de test (ce n’est bien sûr pas que l’exécution) : Les différences entre Intégration, livraison et déploiement continu (extrait de ma présentation avec Audrey Menargues à la STLS) : L’intégration continue va jusqu’à l’environnement de recette, la

Lire la suite »
culture générale

Exemple concret du paradoxe des pesticides – Hasnae Hasmaz

Lors de ma première mission, j’étais amenée à dérouler des cas de tests pour 4 applis qui servent occasionnellement (qui ont déjà été utilisées dans différents contextes et plusieurs fois), pendant l’entretien d’embauche, mes employeurs m’ont fait comprendre que je devais juste dérouler des tests, et surtout ne pas toucher

Lire la suite »