Testeur manuel, que vas-tu devenir ?

J’ai souhaité partager autour de ce sujet suite à de nombreuses discussions et la lecture de cet article.

Tout d’abord, je tiens à ajouter que le test est un métier d’avenir et que les testeurs le savent bien et pensent pour une bonne partie d’entre eux être encore dans le test dans 5 ans.

Voici le constat :

·        On demande de plus en plus aux testeurs de savoir automatiser les tests avec les nouvelles méthodes de travail agiles.

·        La part de test manuel est réduite à peau de chagrin avec l’intégration et le déploiement continu.

·        Au sein des équipes agiles, on recherche des personnes avec des compétences en « T », c’est-à-dire ayant une spécialité mais pouvant dépanner sur d’autres sujets. Pour un testeur cela veut par exemple dire, aider sur des tâches de développement ou de spécification (sujet abordé avec mon article sur le testeur en mode Scrum)

·        Avec le shift left testing, on souhaite que les testeurs interviennent au plus tôt dans le projet. Le testeur doit donc potentiellement intervenir lors de l’expression de besoin, l’écriture des spécifications et/ou le développement.

·        Les testeurs sont de plus en plus amenés à faire, en plus des tests système, des tests d’intégration.

·        Le testeur doit être capable d’investiguer sur des anomalies d’applications à l’architecture et aux dépendances de plus en plus complexes.

Dès lors, on peut se demander si un testeur ne sachant faire que du test manuel (en incluant l’écriture des cas de test) a encore sa place ou s’il doit se diversifier.

La réponse est, de mon point de vue, assez simple. Oui, le testeur manuel a encore sa place, par contre cette place est de moins en moins importante et ne vas pas cesser de diminuer. Si ce testeur manuel veut continuer à avancer, il devra, comme pour tout autre métier, évoluer et s’adapter !

Quelle est cette évolution ? Est-elle unique ? De quoi sera fait cet avenir ?

Je vois personnellement, 2 principales évolutions possibles aux testeurs manuels. Je ne compte évidemment pas le fait d’évoluer au poste de test manager ou d’expert test (pour mener des audits, répondre à des appels d’offres…), dans ce cas je parlerai plus d’évolution dans sa carrière plutôt qu’une évolution du métier lui-même.

Pour moi, les 2 évolutions du métier de testeur manuel sont :

·        Devenir un testeur avec plus de connaissances techniques

Dans ce cas, le testeur devra se résoudre à faire du code afin d’automatiser des tests ou créer des framework d’automatisation de test. Ce testeur plus technique devra également être capable d’inspecter du code, faire du test boite blanche et faire du test d’intégration en connaissant bien les problèmes d’architectures.

Ce « type » de testeur s’intègrera particulièrement bien au sein d’une équipe Scrum ou encore plus dans une équipe DevOps. En effet les contraintes de temps et de réexécution des tests en DevOps sont telles que seule l’automatisation de ces tests et de leur exécution deviennent obligatoire.

Les testeurs plus techniques devront également être capables de gérer les environnements et les données de test.

Le test manuel restera présent mais en quantité plutôt limité. Le testeur technique passera beaucoup de temps sur l’écriture et la maintenance des tests, ainsi que sur l’ensemble des processus de validation.

·        Devenir un testeur plus fonctionnel

Le bout de ce chemin est totalement différent. Ici, le testeur, plutôt que s’orienter vers la technique avec une analyse du code et une collaboration étroite avec le développeur s’oriente vers une collaboration vers les personnes écrivant les spécifications.

Le test manuel est toujours présent mais pourra potentiellement également s’orienter sur des tests d’acceptance et des tests exploratoires (des tests automatisés ayant déjà été effectués). Le testeur plus fonctionnel, aura également en charge, un travail sur l’ensemble des processus de validation, de sélection des tests mais aussi d’écriture des cas qui devront être automatisés. Un exemple fréquent est d’être PO et testeur dans une équipe Scrum.

Le CFTL a bien anticipé cette évolution et a pris les devants en alliant en son sein les tests (certifications ISTQB) et les exigences (certifications REQB).

Conclusion

Il sera (est) évidemment possible de voir des (futurs) testeurs ayant la double casquette ou encore des testeurs qui s’occuperont de la production et dont la tâche serait d’anticiper les anomalies en production. Nous pourrions appeler ces testeurs, les TestOps.

Par contre, je ne pense pas que l’on continuera à voir beaucoup de « purs testeurs » manuels comme on le voit depuis des années. J’entends par là quelqu’un dont le travail serait exclusivement d’écrire des cas de test manuel et de les exécuter.

Je pense que cette évolution est inéluctable car la tâche d’exécution des tests est de plus en plus répétitive, notamment avec les méthodes agiles. De plus ces méthodes ont apportées de bonnes pratiques de test et je ne pense pas que les projets en cycle en V vont se passer de ces pratiques (tests vitaux pour chaque merge, intégration continue…). La répétitivité de certains tests sera (et est surement déjà) très importante même en Waterfall.

Et vous, comment voyez-vous le futur du testeur manuel ?

Pensez à rejoindre le groupe Le métier du test si le test vous intéresse !

N’hésitez pas à me suivre et lire mes autres articles si vous voulez en apprendre plus sur le test ou venir partager vos connaissances

Merci à tous ceux qui mettent « j’aime », partagent ou commentent mes articles

Publié par

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s