La taverne du testeur

Nesrine Yangui : Responsable Centre De Service Testing

Bonjour, qui êtes-vous, quel est votre métier et quelles sont vos activités professionnelles ?

Bonjour, je suis Nesrine Yangui, responsable du Centre De Service (CDS) Testing de Galitt (une filiale du groupe Sopra Steria). 

J’accompagne actuellement une équipe de 14 personnes dont 1 stagiaire, 2 alternants et 11 ingénieurs test&validation. J’essaie d’aider l’équipe en leur fournissant les moyens qui favorisent leur succès et développer leurs talents.

Je travaille en collaboration avec le réseau de partenaires externes et internes afin de répondre au mieux aux besoins des clients.

En effet, au sein du CDS Testing, nous accompagnons nos clients internes dans la qualification des outils de test. Ces outils de test, une fois livrés aux clients externes, sont utilisés pour implémenter et exécuter les tests de leurs produits. Un niveau d’expertise en test est essentiel car ces outils seront utilisés par des testeurs (utilisateurs finaux) certifiés et qualifiés.

Aussi, au sein du CDS Testing, nous accompagnons également nos clients externes dans la conception, l’implémentation et l’exécution de leurs tests afin de préparer au mieux les homologations monétiques.

Parmi les prestations que nous offrons : gestion de l’environnement de test, élaboration de la stratégie de test, gestion du patrimoine de tests, Exécution des campagnes de tests, analyse et fourniture des résultats (reporting), Remise des résultats de tests aux organismes certificateurs le cas échéant.

Pouvez-vous décrire simplement votre métier ?

En tant que responsable du CDS Testing, j’assure mes responsabilités managériales tel que l’organisation, la planification, le suivi et le reporting de l’activité de l’équipe, pilotage des projets, développement des compétences et de la motivation des équipes à travers des formations et des teambuildings. Je participe aussi au développement commercial et au processus de validation des chiffrages.

Aussi, je participe à l’amélioration des processus de test et la mise en place des stratégies de test pour les projets en interne. Je participe aussi à l’industrialisation et la documentation de certains processus visant ainsi à accompagner une transformation de l’entreprise vers l’agilité.

Selon vous quel est le but de votre métier ?

Le but de mon métier est l’accompagnement de nos clients afin d’améliorer la qualité de leurs livrables ainsi que l’amélioration et l’industrialisation des processus. Pour atteindre ces objectifs, l’équipe de test doit bénéficier d’un certain niveau de compétences et doit être motivée. Dans ce cadre, j’interviens comme leader pour leur aider afin de réussir leurs missions.

Le but est que l’équipe ait des compétences complémentaires et se partagent les connaissances afin de pouvoir accomplir efficacement leurs tâches surtout vu le contexte spécifique des demandes que nous recevons au sein du CDS Testing. En effet, le cycle des demandes est très variable avec une nécessité permanente de nous adapter aux pics de charge. Il faut que l’équipe continue aussi à monter en compétence et à se former pendant les temps creux.

Que conseillez-vous pour atteindre ce but ?

Pour atteindre ce but, il faut prendre en considération deux facteurs : les attentes des clients et les attentes de l’équipe. En effet, il faut être forcede proposition, avoir un fort esprit d’analyse, respecter les objectifs financiers et commerciaux tout en faisant preuve d’agilité et construire une confiance mutuelle avec ses équipes. Il faut aussi développer de nouvelles compétences pour anticiper les futures missions de ses collaborateurs ainsi que leurs besoins.

Il n’en reste pas vrai qu’il faut avoir une posture de leader et pour cela, il faut continuer à progresser sur le métier de test et faire de la veille.

Pouvez-vous décrire votre journée type ?

Il n’y a pas vraiment un exemple de journée type.  Je passe parfois des journées à animer ou participer à des réunions avec les clients ou pour l’accompagnement de l’équipe ou des points one to one pour écouter les membres de l’équipe et comprendre leurs besoins. Je passe aussi des journées pour travailler sur des stratégies de test ou pour préparer des ateliers et aussi pour travailler sur le reporting de l’activité.

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans votre métier ?

Il y a plusieurs aspects qui me plaisent vraiment dans mon métier. Il y a le côté humain car je gère une équipe dont chacun des membres a un caractère et une personnalité différents. C’est un vrai défi de pouvoir réussir à comprendre chacun et adapter son discours selon la sensibilité de son interlocuteur. Aussi, il faut aussi être un bon communiquant vis-à-vis des clients et essayer de comprendre leurs besoins.

Aussi, afin de faire preuve d’exemplarité, nous devons nous adapter aux différents contextes de projets et maitriser les nouvelles technologies et les nouvelles procédures d’industrialisation des processus.

Quels conseils donneriez-vous à des débutants ou des personnes tentées par votre métier ?

Afin de réussir dans ce métier, je pense qu’un bon responsable doit montrer l’exemple et doit aussi être un bon leader. Un bon manager doit être excellent en communication en créant les liens, donner son avis, résolvant des conflits. Il doit assurer la cohésion d’équipe et assurer la formation des coéquipiers. Il faut cultiver un climat de confiance et de transparence.

Je conseille les testeurs débutants d’être patients et rigoureux. Certains tests sont complexes, nécessitent des configurations spéciales et le besoin n’est pas assez détaillé et clair. Le testeur doit chercher l’information et essaie de travailler en collaboration avec le reste de l’équipe afin d’accomplir sa tâche.

Aussi, je leur conseille de chercher l’information en effectuant des recherches sur internet, en demandant aux autres testeurs les plus expérimentés et faire un peu de veille sur le métier de test aussi en s’inscrivant aux formations ISTQB.

Pouvez-vous nous donner une expérience/anecdote marquante ainsi que ce qu’elle vous a apporté ?

Plusieurs expériences m’ont marquée et ont contribué à mon progrès. En plus du critère technico-fonctionnel des missions que j’ai assurées, je cite le critère international et multiculturel de ces missions.  Ces concepts m’ont permis d’avoir un profil polyvalent et pouvoir s’adapter à différentes situations.

Je me rappelle une situation particulière ou j’accompagnais des clients dans leurs tests d’acceptance en tant qu’intégrateur système.  Nous étions dans le site du client (équipe projet, responsable du site) et soudain, la plateforme tombe en panne (down). J’ai réussi à la réparer en temps réel tout en réussissant à gérer le stress et garder une bonne humeur.

Quel est le cliché ou l’idée reçue de votre métier qui vous énerve le plus ? Pourquoi ?

Certes le manager devra disposer de capacités et compétences intrinsèques mais il n’a pas des réponses immédiates à toutes les questions et tous les besoins.

Son rôle essentiel est d’aider l’équipe et les motiver mais il n’est pas là pour remplacer tous les membres de l’équipe ou pour exécuter leurs tâches.  Il faut que l’équipe fasse aussi preuve de motivation et d’autonomie.

Ainsi, une confiance mutuelle se construit en alliant bienveillance, exigences, intégrité et écoute.

Quel est le cliché ou l’idée reçue qui vous fait le plus sourire ? Pourquoi ?

Je dirais que certaines personnes pensent que le manager est là pour superviser leur équipe. Certes, le manager et son équipe ont des comptes à rendre mais il n’en reste pas moins vrai que cette posture managériale est en train de disparaitre vu l’agilisation des méthodologies de gestion du projet qui ont résulté en un changement de mindset.

Quelle est la difficulté la plus fréquente à laquelle vous avez dû faire face dans votre métier tout au long de votre carrière ?

Je pense que c’est la résistance au changement. Face à certaines incertitudes et pour rester dans sa zone de confort, la plupart des personnes s’accrochent à ce qu’ils connaissent et ont tendance à rejeter toute nouveauté.

Il faut tenir en compte que toute proposition ne sera pas par évidence bien accueillie. Il faut présenter les avantages des changements et mettre en œuvre le changement en plusieurs étapes.

Quelles sont les personnes qui vous inspirent le plus ?

Toutes les personnes de mon entourage m’inspirent. Cette richesse d’idées et de personnalités est vraiment enrichissante. Dans le métier du test, plusieurs experts de test comme Marc Hage Chahine, par exemple.

D’une manière générale, je dirais Simon Sinek m’inspire sur la partie management et leadership and Ibrahim El Feki sur le développement humain.

Comment continuez-vous à apprendre ?

Je continue à apprendre en faisant de la veille et à travers les formations, en faisant aussi de la documentation et en recherchant des solutions à des problématiques.

Quel est l’outil qui vous semble indispensable pour exercer votre métier ?

Concernant les outils, nous pouvons citer les exemples des outils de gestion de projet et des outils de gestion de test. Cependant, je pense que l’organisation du travail et persévérance sont les facteurs clés pour réussir sa mission.

Quelles sont, selon vous les prochains challenges que votre métier devra affronter ?

Je dirai s’adapter aux transformations agiles et le changement du rôle du manager au sein des nouvelles organisations.

Sur le métier de test, je pense que nous devons s’adapter aux nouvelles technologies et utiliser surtout l’IA dans l’automatisation des tests. Il faut surtout montrer que le rôle du testeur reste indisponible même si les automates arrivent bien à faciliter notre quotidien.

Avez-vous une devise ou tout autre chose qui vous semble importante dans votre métier ?

Je pense qu’il y a plusieurs clés de réussite, parmi lesquels, savoir écouter, accepter les feedbacks et la communication positive.

Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

Je vous remercie pour cet échange et je continuerai toujours à me former en lisant les articles disponibles sous La taverne du testeur.  Si vous souhaitez rejoindre notre CDS n’hésitez pas à nous contacter, les défis sont nombreux dans la monétique un domaine en pleine évolution. Je veux ajouter qu’il n’y a pas que des succès dans la vie. Un échec doit être vu comme une opportunité pour réussir.  Il faut trouver l’équilibre entre la vie personnelle (famille surtout) et la vie professionnelle et surtout prenez soin de vous et de vos proches. Merci 😊


Pensez à rejoindre le groupe « Le métier du test » si vous souhaitez échanger sur le test

Merci à tous ceux qui mettent « j’aime », partagent ou commentent mes articles

N’hésitez pas à faire vos propres retours d’expérience en commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

culture générale

Dépoussiérer la politique de test

On entend rarement parler de la politique de test. En général, je dirais même plus que ce terme est peu utilisé et peu connu des testeurs… Au point de ne pas vraiment savoir ce que c’est. Pour rappel, une politique de test c’est le document qui fait référence en terme

Lire la suite »

Principe 3 – Tester tôt

En quoi est ce utile d’introduire les tests plus tôt dans un projet ? Vous trouverez la réponse à cette question et plus dans la vidéo du Principe 3: Tester tôt Les questions et commentaires des lecteurs améliorent la qualité du contenu et font plaisir à l’auteur, n’hésitez pas à m’écrire ci-dessous. A propos

Lire la suite »
Avenir

Les qualités du testeur moderne

Préambule J’ai déjà écrit, en 2016, un article spécifique sur les qualités du testeur. Cet article est toujours valable mais je souhaite aujourd’hui me pencher plus sur certaines qualités qui sont essentielles avec les évolutions actuelles des logiciels. Je ne suis évidemment pas le seul à me poser ce type

Lire la suite »