Mon « Manifeste du testeur »

J’ai récemment publié une image que j’ai nommée « Le manifeste du testeur ». L’idée est de pointer du doigt ce qui est vraiment important dans le métier du test et d’établir, comme pour l’agilité une hiérarchie entre différents objectifs.

Ce manifeste ne vise pas une méthode en particulier mais bien le métier de testeur. En effet, toutes les préconisations sont applicables à l’agilité, au cycle en V ou même toute autre méthode que je ne connaîtrais pas ou qui n’existerait pas encore.

Enfin, je tiens à préciser que ce manifeste est le fruit de ma réflexion et de mon expérience à l’heure actuelle. Il ne vient pas d’ISTQB ou d’autres organismes officiels. Il se peut que dans quelques années j’en fasse un différent. Il peut également être pensé différemment et être plus ambitieux. Je me suis personnellement penché sur la vie de tous les jours d’un testeur.

Cet article a pour but d’expliquer brièvement ce manifeste.

manif-testeur

·        Il faut mieux avoir des tests fiables et maintenus plutôt qu’un grand nombre de test (et une grande couverture). En effet les tests ne sont efficaces que s’ils sont maintenus. Cela ne sert à rien d’avoir 10000 tests si on ne peut pas les maintenir. Il faut alors savoir combien de tests on peut maintenir et ne maintenir/exécuter que ce nombre de test en les sélectionnant en fonction de leur criticité.

·        Il faut mieux faire des campagnes régulières plutôt que de grandes campagnes ponctuelles. L’idée ici est de trouver les bugs le plus tôt possible. Les grandes campagnes ont évidemment leur utilité mais exécuter régulièrement des campagnes de tests vitaux ou des campagnes de régression permet de détecter très rapidement une très grande partie des régressions majeures. Plus un test est découvert tôt, moins il coûte cher à corriger

·        Il faut mieux avoir des bugs bien analysés et décrits plutôt que de multiplier l’ouverture d’anomalies. Le but d’un testeur n’est pas d’ouvrir des bugs. Un testeur doit assurer une qualité minimale à l’application. Pour cela, il faut que les bugs ouverts soient corrigés. Il faut donc qu’ils soient reproductibles et compréhensibles par les personnes (souvent les développeurs) qui vont devoir les corriger. L’analyse et la description de ce bug facilité le travail du développeur !

·        Il faut mieux travailler avec les membres du projet plutôt que vouloir casser l’application. Il est vrai qu’un testeur doit tester l’application et essayer de connaitre les limites de cette dernière. Néanmoins un testeur n’est jamais seul, il fait partie d’un projet, d’une équipe. Il est beaucoup plus efficace (pour la qualité de l’application et le déroulement du projet) d’avoir une bonne communication avec les différents membres du projet, de travailler à des processus de prévention des anomalies plutôt que de juste tester « dans son coin » en essayant de faire crasher l’application.

Pensez à rejoindre le groupe Le métier du test si le test vous intéresse !

N’hésitez pas à me suivre et lire mes autres articles si vous voulez en apprendre plus sur le test ou venir partager vos connaissances

Merci à tous ceux qui mettent « j’aime », partagent ou commentent mes articles

Publié par

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s