Utiliser LinkedIn : Communication chaude et communication froide

Il y a de nombreux articles sur quand publier sur LinkedIn afin d’avoir la meilleure visibilité possible.

L’objet de cet article n’est pas la visibilité mais l’optimisation de cette dernière. Où dois-je et comment dois-je publier pour que ma publication soit vue par les personnes qui sont le plus à même d’être intéressées (il est plus intéressant d’être vu par 2 personnes intéressées plutôt que par 50 qui ne le sont pas… ou qui n’ont pas de temps à accorder à notre publication).

Pour commencer :

·        J’appelle communication chaude toute communication rapide basée sur le ressenti immédiat des interlocuteurs et n’étant pas vouée à durer dans le temps.

·        J’appelle communication froide toute communication plus poussée et étant vouée à durer dans le temps (ex : mon premier article publié en octobre dernier fait encore des vues)

Pour rappel, voici les moyens de communications sur LinkedIn :

·        Les conversations privées (cela ne fera pas partie de mon étude)

·        Les posts (ou publications). Les publications sont vues dans le fil d’actualité dès que l’on se connecte sur l’application ou au site web.

·        Les groupes. Les groupes sont plus difficiles d’accès. Il faut adhérer (et être accepté) au groupe puis aller sur la page de ce dernier (accès dur à trouver depuis le site, et carrément mauvais sur l’application car demande de l’afficher 2 fois de suite pour avoir les dernières discussions).

Pour simplifier, les écrans LinkedIn sont :

·        Les profils : sur son profil on travaille son image et son CV, sur celui des autres on recherche de l’information sur la personne ciblée

·        Le fil d’actualité, en général le point d’entrée sur LinkedIn

·        Les écrans spécialisés dans lesquels on va avec un but précis (ex : communication privée, groupes, recherche d’emploi…)

Si l’on analyse l’état d’esprit des utilisateurs en fonction de l’écran sur lequel ils se trouvent sur LinkedIn on a à peu près cela :

·        Lorsqu’un utilisateur LinkedIn est sur le fil d’actualité, il a en général peu de temps et beaucoup d’informations à la fois. Il faut donc attirer son attention et accrocher l’utilisateur tout en sachant qu’il n’aura pas forcément plus de 5 secondes à nous accorder.

·        Lorsqu’un utilisateur va sur des écrans spécialisés, comme celui d’un groupe, il recherche quelque chose de spécifique et a du temps à investir pour répondre à un problème (ou une curiosité) particulier.

Partant de ce constat, certaines communications sont plus efficaces que d’autres selon les informations que l’on souhaite passer.

Les informations les plus appréciées pour des posts qui se retrouvent sur le fil d’actualité sont :

·        Les messages courts (et/ou polémiques) : Une communication « chaude » type twitter est très efficace car lu en quelque secondes, on suscite rapidement une réaction et donc plus facilement des « j’aime » ou des partages. Mon premier post à plus de 10 000 vues était un post de remerciement par rapport au nombre de personnes qui lisaient mes articles et du nombre d’adhérent au groupe le métier du test).

·        Les images rapides à analyser : La communication par image est également une communication chaude qui fonctionne également avec twitter. Une image est compréhensible par tous et peut même s’affranchir de la barrière des langues. De plus en choisissant les bonnes couleurs elle peut attirer plus facilement l’attention. Je recommande, pour chaque publication de l’accompagner d’une image pour la raison précédent mais aussi car cela permet de prendre plus de place dans le fil d’actualité et donc d’être vu plus facilement.

·        Les CVs ou message de recherche d’emplois : Principalement car cela crée de l’empathie, les personnes sont plutôt enclines à aider quelqu’un en recherche. De plus, ce type de poste bénéficient souvent d’un effet boule de neige avec des commentaires, des partages et des « j’aime » par centaines.

Les Informations les plus appréciées dans les groupes ne sont pas les mêmes. Généralement les discussions les plus populaires sont :

·        Les articles, les personnes ont plus de temps à accorder et peuvent donc lire l’article en entier. Il s’agit alors d’une communication plus froide qui cible moins de personnes mais qui est plus ciblée. Les discussions sur les groupes ont aussi l’avantage de rester plus longtemps que les posts dans le fil d’actualité.

·        Les discussions/questions spécialisées : lorsque l’on va dans un groupe, on rejoint généralement un groupe de passionnés ou d’experts d’un sujet précis. On peut donc avoir plus facilement des réponses à nos questions (ou aider des personnes qui en posent).

·        Des discussions ciblées. Un article, aussi bien soit il sur la plongée n’aura pas de succès dans un groupe sur le test logiciel… et vice versa.

Pour conclure, chaque « écran » LinkedIn a ses spécificités, afin de les utiliser au mieux il faut les connaitre et savoir jouer avec.

Pour les posts il est préférable d’avoir une communication chaude (type Twitter).

Pour les groupes il est préférable d’avoir une communication froide, plus approfondie car les personnes auront plus de temps pour vraiment lire et analyser cette discussion.

Attention, une communication froide (type article) peut avoir beaucoup de succès sur le fil d’actualité (à condition de réussir à accrocher le lecteur par un titre et/ou une image pertinente), tout comme une communication chaude peut avoir du succès dans des groupes (à condition que cette image (ou autre) donne matière à réfléchir).

Enfin, j’ai commencé à me poser ces questions du type de communication suite à une analyse entendue à la radio sur la mauvaise utilisation de Twitter par les équipes de campagne des candidats à l’élection présidentielle. On expliquait que Twitter ne servait généralement qu’à faire des liens faire des communications Facebook et donc que l’essence de Twitter de faire une communication chaude était perdu. Le contre-exemple de bonne utilisation de twitter était… Trump avec ses twitt polémiques qui font réagir et parler de lui mais qui ne restent jamais vraiment. L’analyse était pertinente, s’est vérifiée sur LinkedIn et est évidemment transposable à d’autres situations que je vous laisse imaginer.

Pensez à rejoindre le groupe Le métier du test si le test vous intéresse !

N’hésitez pas à me suivre et lire mes autres articles si vous voulez en apprendre plus sur le test ou venir partager vos connaissances

Merci à tous ceux qui mettent « j’aime », partagent ou commentent mes articles

Publié par

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s