L’automaticien ? La fonction « clef » de l’industrialisation des tests ?


Article publié initialement sur cloudnetcare.fr

Dans le cycle de développement logiciel, nous pouvons communément distinguer deux familles de tests automatisables, les tests sous la responsabilité des équipes de développement (principalement les tests de composants, tests unitaires) et les tests sous la responsabilité des équipes « Quality Assurance ou QA » (plus généralement les tests fonctionnels / non fonctionnels que l’on retrouve aux niveaux des tests d’intégration, tests systèmes et tests d’acceptation).

Les tests sous la responsabilité des équipes de développement.

Les tests unitaires sont écrits par les développeurs dans leur environnement de développement (Visual Studio, IntelliJ, Eclipse, …) avec des frameworks dédiés. Ils sont bouchonnés (pas d’interaction avec des données externes – services ou Bases de données) et ont pour objectif de tester les algorithmes de manière unitaire et reproductible.

Ils sont lancés idéalement à chaque « Build » et doivent être très rapides. Dans une démarche TDD (Test Driven Development), ils sont même créés avant d’écrire les algorithmes.

Les tests sous la responsabilité des équipes QA.

Les tests fonctionnels / non fonctionnels sont plus du ressort des équipes QA (concepteurs de tests, responsables de tests, testeurs) dont le travail consiste à gérer la couverture applicative dans son ensemble.

Le test fonctionnel a pour objectif de tester les fonctions applicatives d’un système incluant les jeux de données, les interactions entre les systèmes et le contexte d’exécution de production.

Le test non fonctionnel teste des caractéristiques non fonctionnelles d’un applicatif comme par exemple la tenue en charge, la performance, l’usabilité, la maintenabilité, ….

Et l’automaticien.

L’automaticien dans l’automatisation des tests, c’est le community manager d’hier ! Poste qui s’est imposé pour répondre aux besoins spécifiques de l’industrialisation. Pour preuve, il n’existe aucune définition précise du métier si ce n’est celle de l’OPIIEC : “l’automaticien conçoit une machine et met en oeuvre le processus de fonctionnement ainsi que la stratégie de test. Technicien spécialiste de la maintenance, il installe, règle et entretient tout ou partie des équipements automatisés”. – Une définition qui ne colle pas totalement au rôle de l’automaticien des tests logiciels.

Apparaît donc un nouvel acteur qui devient indispensable pour réussir vos campagnes de tests : le testeur automaticien. Il est en charge de la gestion des tests automatisés, de la création des scénarios, de leur maintenance. Il est responsable de l’exécution de la couverture de test et de l’interprétation technique des résultats.

Pour conclure

En fonction de la typologie du test il faut faire appel à des compétences spécifiques. Laisser la responsabilité des tests fonctionnels aux équipes de développement c’est, en partie, manquer d’objectivité sur les résultats de ces derniers (une sorte d’auto-évaluation). Associer les compétences d’une équipe QA permet d’augmenter le niveau d’exigence attendu et, ainsi, améliorer la qualité des livrables.

Publié par

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s