Vous changez de CRM, ERP ou RSE pour passer dans le cloud ? Comment vous assurer de la fiabilité de la nouvelle solution ?

Article publié initialement sur cloudnetcare.fr
 

L’accessibilité de l’information en temps réel, la collaboration, une information disponible partout … Les promesses du cloud et des applications en mode Saas sont nombreuses et les avantages opérationnels pour vos équipes sont légion. Tant est si bien que de nombreuses entreprises franchissent le pas et décident de passer leur CRM, ERP ou encore leur RSE en mode SaaS. Et, il y a fort à parier que cela deviendra incontournable (si ça ne l’est déjà) dans les toutes prochaines années. Toutefois, avant de faire le grand saut, comment s’assurer de la fiabilité et de l’efficience de la nouvelle solution ?

 

I. ÉTAPE 1 : L’EFFICIENCE

Pour sélectionner votre future plateforme dans le cloud vous avez, dans un premier temps, validé la partie fonctionnelle de cette dernière. Vous avez mis en place un cahier d’expression des besoins en auditant votre solution actuelle et en mettant en relation les besoins et attentes des utilisateurs. Vous avez donc tous les éléments en main pour imaginer le logiciel qui correspondra à vos usages.

Pour le trouver, c’est encore autre chose ! Aujourd’hui ce ne sont pas les offres qui manquent. On ne compte plus les plateformes SaaS qui promettent monts et merveilles.

Pour faire votre choix vous avez soit :

  1. Monté une équipe en charge du projet
  2. Externalisé auprès d’un cabinet de conseil
  3. Écouté les recommandations
  4. Fait appel à un éditeur reconnu
  5. Lancé un appel d’offre

Tous les cas de figures ci-dessus permettent de vérifier si le logiciel répond aux attentes  fonctionnelles (corrélation avec l’expression du besoin, capacité d’évolution, coûts …). À ce stade, nul doute, vous avez minimisé, voire annulé, les risques de mettre à disposition des utilisateurs de votre entreprise une solution inadaptée.

Mais, il y a un paramètre supplémentaire à prendre en compte lors du passage de votre solution en mode SaaS : quelle est la capacité de l’infrastructure que l’on vous met en place ?

 

II. LA FIABILITÉ DE L’INFRASTRUCTURE

Et oui, bien que le Cloud présente de multiples avantages, il impose toutefois une variable supplémentaire : la capacité de l’infrastructure, souvent scalable, à rendre un service dans les meilleures conditions et ce « quel que soit (*)» le nombre d’utilisateurs qui y sont connectés.  Souvent négligé et pourtant primordial, il est indispensable de tester la capacité du cloud à traiter simultanément les milliers de requêtes de vos utilisateurs.

(*) La valeur maximale fait bien entendu partie du cahier des charges initial et dépend de votre contexte.

Pour illustrer : vous êtes DSI d’une entreprise avec près de 1000 commerciaux itinérants. Une plateforme cloud est idéale pour récolter les informations en temps réels.

Mais comment s’assurer, non seulement que l’infrastructure va supporter les requêtes simultanées de prise de rendez-vous, de consultation d’agendas, de reporting … , mais que si c’est le cas vos commerciaux n’attendront pas plusieurs minutes avant d’avoir l’information attendue ? Car si eux sont « disposés » à patienter en rongeant leur frein , le client qui est en face d’eux ne l’est pas du tout !!

Bien entendu, l’éditeur va vous assurer que la capacité d’accès simultanée est en parfaite adéquation avec vos contraintes.

Mais vous n’avez techniquement aucune garantie avant la mise en production que l’expérience utilisateur ne sera pas ruinée par un nombre trop important de connexions / requêtes.

La solution pour vous assurer techniquement et par la preuve que l’infrastructure supportera votre utilisation c’est  de faire réaliser une campagne de tests de montée en charge avec des utilisateurs virtuels (utilisant un véritable navigateur)

Là où le test de charge “lambda” (appelé également stress test) mesure le moment ou l’infrastructure ne répond plus, les utilisateurs virtuels vont permettre de visualiser à l’identique du réel TOUT le parcours utilisateur et être capable de mesure la qualité du ressenti des utilisateurs fonction de leurs nombre.

Vous pouvez ainsi valider que l’infrastructure louée par l’éditeur correspond ou non à votre utilisation. On insiste mais c’est la seule méthode pour vous permettre d’être sûr à 100% de la compatibilité de vos usages avec la plateforme de votre partenaire.

 

Le changement d’ERP ou de CRM est toujours critique pour une entreprise. Au-delà du temps nécessaire à l’assimilation des nouvelles utilisations par les collaborateurs, les problèmes “techniques” viennent régulièrement compliquer le passage d’une solution à une autre. La vigilance doit être d’autant plus grande dans le cas du passage à une solution dans le Cloud. Outre la dépendance à une connexion internet pour accéder à l’information, l’infrastructure qui va vous la restituer doit être prévue pour supporter vos utilisations. Et l’unique solution pour vous en assurer c’est d’instancier des utilisateurs réels.

Les enjeux sont souvent considérable alors ne prenez aucun risque car :

Christian Sayegh  – CloudNetCare 

 

 

Publié par

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s